Reforme des rythmes scolaires – deux ans après

Et oui, voilà déjà deux ans que notre (abruti) de Gouvernement nous a élaboré la plus ridicule réformes pour les élèves. Et oui deux ans que nos pauvres gamins se cognent quatre jours et demi d’école par semaine sans compensation. J’avais déjà dit avant cette réforme qu’il n’y avait rien de bon là-dedans, en tout cas pour les élèves, et après retour d’expérience, cela se confirme. On observe nettement une fatigue chez les élèves car leur durée d’école hebdomadaire a augmenté, sans coupure en milieu de semaine et qu’en même temps la durée d’école journalière n’a pas diminué. Les soit-disant 45 minutes d’activités sont à effectuer dans l’enceinte scolaire ; ce qui pour moi ne constitue pas une pure diminution du temps scolaire. Un gosse, pour être reposé, doit se retrouver chez lui, à faire « ce qu’il veut ». Pourquoi ne pas avoir mis en place une étude pour faire les devoirs. Ainsi, le temps passé à faire les devoirs en étude aurait permis aux élèves de profiter pleinement de leur temps post-scolaire. Non, on a préféré mettre des NAP ou des TAP, pour bien souvent faire des activités bidons, voire uniquement de la garderie. Ainsi quand les élèves rentre chez eux, ils se tapent encore une heure de devoirs. Mais à quoi ils ont pensé ces crétins du Gouvernement.

Nous venons de voir l’un des aspects néfaste de cette réforme scolaire. Un autre point aussi important : le pognon… On nous a fait croire avant la réforme que les activités seraient gratuites pour tout le monde. Aujourd’hui on se rend bien compte que ce n’était que supercherie. Une fois de plus, il va falloir mettre la main à la poche pour que les élèves restent à l’école à faire des activités bidons. Et apparemment à des tarifs exorbitants.

Au bout du compte, les élèves vont à l’école plus longtemps, ils sont plus fatigués, et on va devoir payer. Payer pour fatiguer nos gosses, ce n’est pas du sado masochisme çà ?

Vous pouvez bien évidemment passer à côté de tous ces désagréments en allant tout simplement aller chercher les enfants à la sortie des cours, et avant les NAP/TAP, dans ce cas il faudra vous arranger avec les employeurs pour quitter plus tôt. Plutôt pas facile à négocier ou alors à quel prix, une fois de plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

− two = 1

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.